Chapitre 3 - Il ne va pas s’en tirer comme ça !

Publié le par Sabrina Richard Auteur

Dès le lendemain de la découverte de cette saloperie de trace de rouge à lèvres sur le col de la chemise de mon futur ex-mari, je téléphonais à mon avocat.

Après avoir passé le barrage de son assistante et écouté les Quatre Saisons de Vivaldi pendant au moins cinq minutes, la voix grave de Maître Rubin se fit entendre.

— Bonjour Valérie, comment allez-vous ? me demanda-t-il.

— Pour ne rien vous cacher, ça va mal ! Très mal même ! J’ai découvert hier soir que Charles me trompait ! balançais-je sans même le saluer.

Un silence se fit. J’entendis mon avocat remuer quelques papiers sur son bureau, sans doute pour prendre des notes de notre échange.

— Êtes-vous sûre de ce que vous avancez ? reprit-il.

— Oui ! Hier soir il est rentré du bureau, plus tôt que d’habitude, mais c’est parce que nous avons eu un problème avec les enfants, je vous expliquerai ça plus tard. Après une discussion avec eux, il est venu s’asseoir sur le canapé à côté de moi et j’ai vu une trace de rouge à lèvres sur sa chemise…

— Ce n’est peut-être pas ce que vous croyez, il y a plusieurs explications possibles…

— Comme quoi ? Vous pensez sincèrement qu’une femme ferait un petit bisou dans le cou de son avocat pour le remercier d’avoir plaidé son dossier ?

— Je comprends votre colère et votre rancœur, d’autant plus que, comme vous me l’avez dit lors de notre dernier entretien, Charles rentre tard depuis plusieurs mois. Avez-vous une idée précise de l’identité de cette femme ?

— Oui…

Je soupirais et attrapais un mouchoir en papier pour essuyer les larmes que je sentais perler au coin de mes yeux.

— Inspirez profondément et dites-moi tout, Valérie.

— Je pense qu’il s’agit de son associée, Danielle. Elle a intégré le cabinet de mon mari il y a environ un an, et depuis quelque temps elle se permet de répondre à ses appels personnels, même en pleine nuit lorsque Charles est en déplacement et qu’il dort à l’hôtel ! Si ça ce n’est pas une preuve !

— Charles a t’il donné une explication ?

— Un truc vaseux, je n’y ai pas cru une seconde !

— Très bien… Je sais que vous souhaitez que nous mettions rapidement en place une procédure de divorce…

Je lui coupais la parole.

— Oui ! Et je veux que ce soit un divorce pour faute ! Que tous les torts soient à sa charge ! Il me trompe et je ne le laisserai pas s’en sortir comme ça ! Je veux qu’il en bave !

— Je comprends parfaitement Valérie, mais je dois vous avertir qu'il est très difficile de nos jours de faire cette procédure… Je m’explique : le divorce pour fautes est prononcé lorsqu’il y a des mauvais traitements, si votre mari vous frappe, s’il est alcoolique et qu’il maltraite les enfants, par exemple. Charles a déjà été violent envers vous ou les enfants ?

— Bien sûr que non, je vous l’aurais dit tout de suite…

— Nous pouvons invoquer la tromperie, mais il nous faut des preuves, des photos, des témoignages écrits, une correspondance entre eux. Je peux engager un détective privé et organiser des filatures, mais cela prendra du temps et vous coûtera beaucoup d’argent.

— Combien ?

— Cela dépend des agences. Celles auxquelles je fais le plus souvent appel prennent de cinquante à cent euros de l’heure ou pratiquent des forfaits journaliers allant de cinq à huit cents euros.

— C’est carrément hors de prix !

— C’est une somme effectivement…

— Quelles sont les autres options ?

— Si vous ne pouvez investir un tel montant, je vous conseille un divorce à l’amiable. Cela vous économisera les frais du détective privé et mes honoraires seront également moins élevés puisque la procédure est plus simple.

— Et du coup, Charles s’en sortira sans trop d’égratignures !

— Ne croyez pas ça. Même avec une procédure à l’amiable nous pouvons utiliser une stratégie qui le culpabilisera et obtenir qu’il accepte de vous laisser l’appartement, la garde des enfants, et une belle pension alimentaire. Combien gagne votre mari ?

— C’est assez fluctuant, vous savez ce que c’est, il est avocat comme vous.

— Je vais avoir besoin des déclarations d’impôts du ménage, de l’ensemble de vos rentrées d’argent et de vos dépenses incompressibles, en tenant compte également de celles touchant aux enfants. Vous devez établir un budget, me dire à combien vous estimez votre patrimoine financier, avant et après divorce. Ensuite je pourrais proposer un montant à votre mari et nous négocierons. Soyez-en sûre, Valérie, je ne vous laisserais pas tomber.

— Merci Maître… Tout ça est tellement difficile… Je ne sais pas comment en parler aux enfants. Ils ont compris bien sûr, mais je ne sais pas s’ils ont bien conscience de ce que ça implique. Leur vie va être totalement bouleversée…

— Les enfants sont loin d’être idiots, mais cela ne va pas être facile. Je vais constituer le dossier dès aujourd’hui. Apportez-moi rapidement les extraits de naissance de tout le monde, ainsi que les documents financiers et le budget dont je vous ai parlé. Dès que nous aurons réuni toutes les pièces, je déposerai votre dossier au greffe pour avoir une date d’audience.

— Cela prendra combien de temps, avant que tout soit fini ?

— Entre six mois et un an, mais nous pouvons obtenir une résidence séparée dès l'audience de conciliation, d’ici quelques semaines.

— J’espère que je tiendrais jusque-là… Le voir tous les jours est devenu insupportable !

— Plus vite nous déposerons votre dossier, et plus vite vous serez divorcés. Courage, Valérie, vous avez pris la bonne décision.

— Merci pour votre aide, Maître.

— Venez me voir la semaine prochaine. Je vous passe ma secrétaire, elle va vous fixer un rendez-vous pour vendredi prochain, vers dix heures, d’accord ?

— Oui… À très bientôt, Maître.

 

 

© Sabrina Richard – « Souviens-toi de nous ! »

Publié dans Chapitres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article